JACFA Boycott FAQ

Dear Members / Chères·ers Membres, 

Un message en français suivra 

First, we want to thank you for your support during the first few days of the boycotts on College events. We have had many members write or drop in to show their support, to provide valuable suggestions, and to ask what else they can do to support JACFA in its new mobilization campaign to defend our Union’s resources.  

That said, there has also been some confusion surrounding the boycott mandated by the General Assembly, as well as the underlying issues for which the boycotts are being put in place. Please find below an FAQ that we hope will address some of the most common questions. 

If you have any other questions or concerns, please don’t hesitate to write to jacfa@johnabbott.qc.ca, or to drop by the JACFA office. 

In Solidarity, 

The JACFA Executive 

Q: Why are these boycotts happening? 

A: There are two distinct but related issues that led to the General Assembly’s decision to start a campaign boycotting College events:  
 

  1. The College has reneged on a longstanding local agreement on faculty association release that the Union maintains is still in force until the signing of the next Collective Agreement. This has resulted in a reduction in Union release by 1FTE (a roughly 40% cut, equivalent to about $100,000). 
  1. The College has also stated that it is not open to renegotiating the agreement on Union release, meaning that they now want to be able to use Union resources as a bargaining tool every year. 

Q: When will these boycotts and this Respect JACFA mobilization campaign end? 

A: When two criteria are satisfied: 

  1. The college agrees to apply the local agreement on faculty association release for the 2024-2025 allocation year.  
  1. The college agrees to negotiate for a new local agreement on union release for the duration of the 2023-2028 collective agreement. 

Q: What does a 40% cut in JACFA release mean for the Union? 

A: For reference – the amount of release allocated by the College has actually gone down from 20 years ago (2.75 FTE in 2004 vs 2.64 FTE this past year vs the 1.65 FTE on offer for next year).  The number of teachers at the college has increased by 20% since 2004, and that is only in day division; it does not account for the explosion of offerings and teachers in Continuing Education, which JACFA also represents. With the College refusing to continue to fund the Union at its typical levels, the Union is left with two choices: 

  1. We could accept the reduction in release. This would mean reducing the size of the Executive or the release per executive member. Doing so would severely compromise the Union’s ability to represent itself at both the local and national levels and to provide comprehensive and timely support to its members in situations of conflict with the College. It would diminish our manpower to organize during collective agreement negotiations and strikes. It would also make it near impossible to advance priorities set out by our General Assembly as all the executives’ time would be taken up with trying to keep up with the regular day-to-day issues of the Union. 
  1. We could choose to fund the Union release ourselves, rather than asking the College to do so. This would be quite expensive. This year, the General Assembly has already voted to raise Union dues from 1.6% to 1.75% to supplement JACFA release, allowing us to operate with commensurate levels of resources once again that we had in the past. That increase works out to roughly $150/year per faculty member on average. If we decide to buy all the release ourselves and maintain the current levels of Union release, Union dues would need to increase further, up to approximately 2%, which would be roughly equivalent to an additional $250/year per faculty member, on average. In total, the average faculty member would need to pay $400/year out of pocket to fund Union release. And since it is a percentage amount, the dollar amount would increase as our salaries increase. 

Q: That doesn’t sound good. What can we do to convince the College to walk back its cut to Union release? 

A: At the General Assembly last week, over 100 members mandated the JACFA Executive to take 2 concrete actions: 

  1. To organize a campaign to boycott College events, and 
  1. To demand that the College negotiate a new agreement on Union release. 

Q: Which events exactly are subject to the boycott? 

A: Members are asked to refrain from attending: 

  • College social events for which the primary target audience is faculty/staff (we aren’t interested in the College buying us food while withholding resources meant for our Union). 
  • College informational events for which the primary target audience is faculty/staff. 
  • Non-compulsory professional development activities held at the College, such as the technopedagogical days, sharing days, etc. 
  • The College Information Evening (formerly known as “Parents’ Night”) on May 29. 

As a general rule, if it doesn’t have to do with the functioning of the College and was organized by or in conjunction with a member of the College administration (e.g. a program dean), don’t go unless attending is part of your job. And if you’re not sure, feel free to ask. 

Q: Which activities aren’t currently included in the boycott? 

A: Some examples of activities that are not yet subject to the boycott are: 

  • College committees and subcommittees (ex: Academic Council, program committees, IDEA) 
  • Events for which the primary target audience is students/parents except for the College Information Evening (ex: awards nights, convocation, speaker series you could bring your classes to attend).  
  • Anything that is a contractual obligation (e.g. department meetings, All Chairs) 

Q: I’m a faculty member who is in charge of organizing an event that’s being boycotted. What does this mean for me? 

A: If you have a release project that involves organizing an event, ask the Dean in charge what you should do. If they say that you still need to organize it, then you should comply. But other faculty should still boycott the event. If you were simply volunteering, we ask that you please withdraw your support in planning the event with the College. 

Q: The event that I want to hold is of great benefit to faculty. Can I still hold it? 

A: Sure, but just without the support of the College. If you find yourself in this position and believe that your event should really take place, please make an appointment or drop by the JACFA office to speak with an Executive member. In some cases, JACFA may be able to fund the organization of events for teachers ourselves, allowing teachers to reap the benefits of the event while still denying the College’s involvement. 

Q: Do boycotts really do anything? 

A: Yes. In general, boycotts are an effective and a tried-and-true pressure tactic used in labour disputes. In JACFA’s experience, boycotting College events has been an effective way to communicate our collective dissatisfaction to the administration, which has often resulted in a change in direction on the part of the College. However, as with any mobilization campaign, the first step may not be sufficient, and we may need to increase pressure in the coming days, weeks or even months by expanding the boycotts to other types of events, organizing protests, or taking other actions.  These actions allow us to show the College that it will not be business as usual until they are willing to keep their word and to negotiate with the Union in good faith. 

Q: How long will the boycott go on? 

A: It is unclear at this time, but from the executive’s initial discussions with the administration, we expect the administration to hold out against our demands at least into next semester, perhaps longer.  

Q: What else can I do to support the campaign? 

A: There are plenty of things that every member can do to help us resolve this conflict more quickly. Some examples include: 

  • Wearing JACFA merch (e.g. t-shirts, buttons) as it becomes available. The executive plans to distribute buttons and posters at the launch event for the campaign on May 1, with more to come after that. 
  • Attending rallies, protests and General Assemblies. Even if you can only come for a few minutes, your presence makes a huge difference! 
  • Joining the mobilization committee. The JACFA Executive can’t do this alone. Anyone who can help to brainstorm, plan, and/or organize events will be doing a great service to the campaign. Even just go around talking to other members about the campaign helps! Contact jafca@johnabbott.qc.ca if you are available to lend a hand. 
  • Changing your Microsoft TEAMS profile picture to the RESPECT JACFA image and adding the image to your email signature as well. Image and instructions were sent by email. 

 


Tout d’abord, nous tenons à vous remercier pour le soutien que vous nous avez apporté au cours des premiers jours du boycott des événements du Collège. De nombreux membres nous ont écrit ou sont passés nous voir pour nous témoigner leur soutien, nous faire part de leurs suggestions et nous demander ce qu’ils pouvaient faire d’autre pour soutenir JACFA dans sa nouvelle campagne de mobilisation visant à défendre les ressources de notre syndicat.  

Cependant, il y a également eu une certaine confusion concernant le boycott mandaté par l’Assemblée Générale, ainsi que les questions sous-jacentes pour lesquelles les boycotts sont mis en place. Vous trouverez ci-dessous une foire aux questions qui, nous l’espérons, répondra aux questions les plus courantes. 

Si vous avez d’autres questions ou préoccupations, n’hésitez pas à écrire à jacfa@johnabbott.qc.ca ou à passer au bureau de JACFA. 

En toute solidarité, 

L’Exécutif de JACFA 

Q : Pourquoi ces boycotts ont-ils lieu ? 

R : La décision de l’Assemblée Générale de débuter une campagne de boycott des événements du Collège s’explique par deux problèmes distincts mais liés entre eux :  

  1. Le Collège a renié une entente locale de longue date sur la libération syndicale du corps professoral qui, selon le Syndicat, demeure en vigueur jusqu’à la signature de la prochaine Convention Collective. Cela s’est traduit par une réduction de la libération syndicale de 1 ETC (une réduction d’environ 40 %, ce qui équivaut à environ 100 000 $). 
  1. Le Collège a également déclaré qu’il n’était pas disposé à renégocier l’accord sur la libération syndicale, ce qui signifie qu’il souhaite désormais pouvoir utiliser les ressources syndicales comme levier de négociation chaque année. 

Q : Quand ces boycotts et cette campagne de mobilisation Respectez JACFA prendront-ils fin ? 

R : Lorsque deux critères seront remplis : 

  1. Le Collège accepte d’appliquer l’entente locale sur la libération syndicale des enseignant.es pour le projet de répartition de l’année scolaire 2024-2025.  
  1. Le Collège accepte de négocier une nouvelle entente locale sur la libération syndicale pour la durée de la Convention Collective 2023-2028. 

Q : Que signifie une réduction de 40 % de la libération syndicale pour le Syndicat ? 

R : À titre de référence, la libération allouée par le Collège a en fait diminué par rapport à il y a 20 ans (2,75 ETC en 2004 contre 2,64 ETC l’année dernière contre 1,65 ETC proposé pour l’année prochaine).  Le nombre d’enseignant.es au Collège a augmenté de 20 % depuis 2004, et ce uniquement dans à l’Enseignement Régulier ; cela ne tient pas compte de l’explosion des offres de cours et du nombre d’enseignant.es à la Formation Continue, que JACFA représente également. Le Collège refusant de continuer à financer le Syndicat à ses niveaux habituels, le Syndicat fait face à deux choix : 

  1. Nous pourrions accepter la réduction de la libération. Cela signifierait une réduction de la taille de l’Exécutif ou de la libération par membre de l’Exécutif. Cela compromettrait gravement la capacité du Syndicat à se représenter aux niveaux local et national et à fournir un soutien adéquat et en temps opportun à ses membres dans les situations de conflit avec le Collège. Cela diminuerait notre capacité d’organisation lors des négociations de Conventions Collectives et des grèves. Il serait également presque impossible de faire avancer les priorités établies par notre Assemblée Générale, car tout le temps des membres de l’Exécutif serait consacré à tenter de gérer les problèmes quotidiens du Syndicat. 
  1. Nous pourrions choisir de financer nous-mêmes la libération syndicale, plutôt que de demander au Collège de le faire. Cela coûterait assez cher. Cette année, l’Assemblée Générale a déjà voté une augmentation des cotisations syndicales de 1,6 % à 1,75 % pour suppléer à la libération de JACFA, ce qui nous permet de fonctionner à nouveau avec des niveaux de ressources équivalents à ceux que nous avions dans le passé. Cette augmentation représente environ 150 dollars par an et par enseignant en moyenne. Si nous décidons de payer nous-mêmes toute la libération et de maintenir les niveaux actuels de libération syndicale, les cotisations syndicales devront augmenter davantage, jusqu’à environ 2 %, ce qui équivaudrait à environ 250 $ supplémentaires par an et par membre du corps enseignant, en moyenne. Au total, le membre moyen du corps enseignant devrait payer de sa poche 400 dollars par an pour la libération syndicale. De plus, comme il s’agit d’un pourcentage, le montant augmenterait au fur et à mesure que nos salaires augmentent. 

Q : Cela ne semble pas être une bonne chose. Que pouvons-nous faire pour convaincre le Collège de revenir sur sa décision de réduire la libération syndicale ? 

R : Lors de l’Assemblée Générale de la semaine dernière, plus de 100 membres ont demandé à l’Exécutif de JACFA de prendre deux mesures concrètes : 

  1. Organiser une campagne de boycott des événements du Collège, et 
  1. Exiger que le Collège négocie une nouvelle entente sur la libération syndicale. 

Q : Quels sont les événements qui font l’objet du boycott ? 

R : Il est demandé aux membres de s’abstenir d’assister aux événements suivants : 

  • Les événements de nature sociale organisés par le Collège et dont la cible principale est le personnel enseignant ou les employé.es (nous ne sommes pas intéressés à ce que le Collège nous achète de la nourriture tout en retenant les ressources destinées à notre Syndicat). 
  • Aux événements d’information du Collège dont le public cible principal est le le personnel enseignant ou les employé.es. 
  • Les activités de perfectionnement non obligatoires tenues au Collège, telles que les journées technopédagogiques, les journées de partage, etc. 
  • La soirée d’information du Collège (anciennement connue sous le nom de “Soirée des parents”) du 29 mai. 

En règle générale, si l’événement n’est pas lié au fonctionnement du Collège et a été organisé par ou en collaboration avec un membre de l’administration du Collège (par exemple, un doyen), ne vous y rendez pas, à moins que votre participation ne fasse partie de votre travail. Et si vous n’êtes pas sûr, n’hésitez pas à demander. 

Q : Quelles sont les activités qui ne sont pas actuellement incluses dans le boycott ? 

R : Voici quelques exemples d’activités qui ne sont pas encore assujetties au boycott : 

  • Les comités et sous-comités du Collège (ex : Commission des Études, comités de programme, IDEA) 
  • Les événements pour lesquels le public cible principal est constitué par les étudiantes/étudiants et les parents, à l’exception de la soirée d’information du Collège (par exemple, les soirées de remise de prix, la cérémonie de remise des diplômes, les séries de conférences auxquelles vous pourriez faire participer vos classes).  
  • Tout ce qui constitue une obligation contractuelle (par exemple, les réunions de département, réunions des coordonnatrices/coordonnateurs). 

Q : Je suis un.e enseignant.e chargé.e d’organiser un événement qui fait l’objet d’un boycott. Qu’est-ce que cela signifie pour moi ? 

R : Si vous avez un projet de libération qui implique l’organisation d’un événement, demandez au doyen responsable ce que vous devez faire. S’il vous répond que vous devez quand même l’organiser, vous devez vous y conformer. Toutefois, les autres membres du corps professoral devraient quand même boycotter l’événement. Si vous étiez simplement bénévole, nous vous demandons de retirer votre soutien à l’organisation de l’événement avec le Collège. 

Q : L’événement que je souhaite organiser est d’une grande utilité pour le corps professoral. Puis-je quand même l’organiser ? 

R : Bien sûr, mais sans le soutien du Collège. Si vous vous trouvez dans cette situation et que vous pensez que votre événement doit vraiment avoir lieu, veuillez prendre rendez-vous ou passer au bureau de JACFA pour parler à un membre du Comité Exécutif. Dans certains cas, JACFA peut être en mesure de financer l’organisation d’événements pour les enseignantes et enseignants eux-mêmes, ce qui leur permet de récolter les bénéfices de l’événement tout en refusant l’implication du Collège. 

Q : Les boycotts sont-ils vraiment utiles ? 

R : Oui. En général, les boycotts sont un moyen de pression efficace et éprouvé utilisé dans les conflits de travail. D’après l’expérience de JACFA, le boycott des activités du Collège a été un moyen efficace de communiquer notre mécontentement collectif à l’administration, ce qui a souvent entraîné un changement d’orientation de la part du Collège. Cependant, comme pour toute campagne de mobilisation, la première étape peut ne pas être suffisante, et nous pourrions avoir besoin d’augmenter la pression dans les jours, les semaines ou même les mois à venir en étendant les boycotts à d’autres types d’événements, en organisant des manifestations, ou en prenant d’autres mesures.  Ces actions nous permettent de montrer au Collège que les choses ne se passeront pas comme d’habitude tant qu’il ne sera pas disposé à tenir sa parole et à négocier de bonne foi avec le Syndicat. 

Q : Combien de temps le boycott va-t-il durer ? 

R : Ce n’est pas clair pour l’instant, mais d’après les premières discussions de l’Exécutif avec l’administration, nous nous attendons à ce que l’administration résiste à nos demandes au moins pour la prochaine session, peut-être même plus longtemps.  

Q : Que puis-je faire d’autre pour soutenir la campagne ? 

R : Il y a beaucoup de choses que chaque membre peut faire pour nous aider à résoudre ce conflit plus rapidement. En voici quelques exemples 

  • Porter des produits JACFA (par exemple des t-shirts, des macarons) dès qu’ils sont disponibles. L’Exécutif prévoit de distribuer des macarons et des affiches lors de l’événement de lancement de la campagne le 1er mai, et d’autres suivront par la suite. 
  • Participer aux rassemblements, aux manifestations et aux Assemblées Générales. Même si vous ne pouvez venir que pour quelques minutes, votre présence fait une énorme différence ! 
  • Rejoindre le comité de mobilisation. L’Exécutif de JACFA ne peut pas faire cela tout seul. Toute personne qui peut aider à réfléchir, planifier et/ou organiser des événements rendra un grand service à la campagne. Le simple fait de parler de la campagne à d’autres membres peut être utile ! Contactez jafca@johnabbott.qc.ca si vous êtes disponible pour donner un coup de main. 
  • Changer votre image de profil Microsoft TEAMS pour l’image RESPECT JACFA et ajouter l’image à votre signature de courriel. L’image et les instructions ont été envoyées par courrier électronique.